HYPERACTU 17 : streaming, podcast

Chaque semaine, une sélection d’articles de la presse française et étrangère pour éclairer l’avenir numérique de la radio

STREAMING : le meilleur ennemi de la FM

La révolution des usages d’écoute continue. D’après Médiamétrie, 12,5% des Français de 13 ans et plus, soit 6,8 millions de personnes, écoutent chaque jour la radio sur un support digital, à commencer par le téléphone portable.

Conséquence directe de l’augmentation de l’écoute en ligne, l’audience des webradios se porte très bien. En avril, France Inter décroche la première place du podium avec 24,9 millions d’écoutes actives dans le monde et FIP enregistre la plus longue durée d’écoute avec 57 minutes.

Si cette tendance profite aux chaînes de radio publiques et privées, elle fait aussi la part belle aux plateformes de streaming musical. En Angleterre, le nombre d’abonnés à Spotify vient de dépasser le nombre d’auditeurs de BBC Radio 1 et ne compte pas s’arrêter là, puisque le suédois annonce le rachat de la startup française Niland, spécialisée dans l’écoute et l’analyse automatique de musique, le “machine listening”.

13348479-19888719

PODCAST : un média affinitaire

L’enquête 2017 de Midroll s’intéresse en détail aux usagers de podcasts aux Etats-Unis. Même si les profils diplômés à hauts revenus prévalent, le public se diversifie et ressemble de plus en plus à la population américaine dans son ensemble.  L’offre de podcasts est aujourd’hui suffisamment riche pour pouvoir cibler un profil d’auditeur en fonction du contenu éditorial.

Exemple de stratégie marketing efficace : The Daily, le programme d’information matinale du New York Times, comptabilise 27 millions d’écoutes depuis son lancement en février dernier. Pour obtenir un tel résultat, le journal a misé sur une distribution donnant la part belle aux réseaux sociaux. Facebook teste actuellement une plateforme dédiée au live audio qui pourrait permettre d’amplifier la diffusion de ce type de contenu, sans toutefois révolutionner le secteur.

Le New York Times s’est également doté d’un sponsor privé, BMW. L’association entre un podcast et une marque privée permet au premier de simplifier la recherche de revenus publicitaires en les concentrant sur un seul annonceur et au second de profiter d’un auditoire très intéressé, fidèle et participatif. Une piste qui pourrait être davantage exploité en France, pour la production de podcasts indépendants, dans le domaine des fictions sonores notamment.

podcasts-feminins

EN BREF

IA : l’ère de l’intelligence artificielle commence maintenant

3D : AR 1 / VR 0