Le renouveau du podcast : blockbusters et derniers-nés.

Extrait de la BD Out on the Wire - Jessica Abel
Extrait de la BD Out on the Wire – Jessica Abel

On le croyait mort au profit de la vidéo, le podcast se porte à merveille. Il fait même naître une nouvelle culture sur le web et invente ses propres codes narratifs et modèles de diffusion. Si Radio France constitue l’essentiel de l’offre en France, d’autres podcasts sont nés dans la presse ou via des producteurs et journalistes indépendants. Petit tour d’horizon des blockbusters du genre et derniers-nés. 

  • Une radio en mobilité 

L’écoute des podcasts s’est largement diffusée avec la démocratisation des smartphones permettant l’écoute de la radio en mobilité. On emporte la radio avec soi dans le métro, en voiture, en vacances ou pendant les séances de sport. Marie Richeux, productrice de France Culture explique dans Télérama à quel point elle aime écouter des podcasts dans toutes les situations :

« Je marche, je fais du vélo, j’écoute même des podcasts en nageant. Et je nourris une immense passion pour la vaisselle et la cuisine en écoutant la radio ! »

Marie Richeux, interviewée par Camille Poirier dans Télérama, le 27 février 2017.

La radio bénéficie de l’effet longue traîne offert par ce format.  En France, 80% de la consommation de podcast serait issu du broadcast. Radio France produit l’essentiel de cette offre avec de nombreuses émissions de patrimoine telles que Affaires sensibles, La tête au carré, les chemins de la philosophie et la Fabrique de l’Histoire. Les humoristes de France Inter ne sont pas en reste : “Si tu écoutes j’annule tout” est en tête avec près de 4 millions de téléchargements,  un record absolu pour une émission de Radio France. “L’humour d’Inter” comptabilise 2,9 millions de téléchargements.

Les podcasts les plus téléchargés de Radio France en Mars 2017.

  1. Si tu écoutes, j’annule tout : 3 988 000 – France Inter
  2. L’humour d’inter : 2 921 000 – France Inter
  3. Affaires sensibles : 2 699 000 – France Inter
  4. Les chemins de la philosophie : 2 162 000 – France Culture
  5. La tête au carré : 2 145 000 – France Inter
  6. Le moment Meurice : 1 523 000 – France Inter
  7. Le billet de Charline :1 223 000 – France Inter
  8. La marche de l’histoire : 1 204 000  – France Inter
  9. La fabrique de l’histoire : 1 190 000 – France Culture
  10. Les nuits de France Culture : 976 000 – France Culture
  11. Géopolitique : 956 000 – France Inter
  12. La Bande originale : 873 000 – France Inter
  13. La chronique de Daniel Morin : 869 000 – France Inter
  14. Grand bien vous fasse : 813 000 – France Inter
  15. Les pieds sur terre : 804 000 – France Culture

Source : Médiamétrie – eStat

En mars 2017, 51,3 millions de podcasts Radio France ont été téléchargés dont 29,9 millions pour France Inter et 16,7 millions pour France Culture.

Aujourd’hui, les podcasts des différentes stations sont disponibles en téléchargement pendant un an. Il n’existe pas encore à ce jour de mesure officielle de téléchargement mais la croissance en France est vertigineuse. Selon Apple, les chiffres de téléchargement auraient augmenté de 50% entre 2014 et 2016 au niveau mondial. Selon nos estimations, 15 milliards de podcasts auraient été téléchargés en 2016 dans le monde.

  • De nouveaux codes d’écriture

S’il est souvent dérivé d’un programme de broadcast, le podcast peut également être natif web sous forme de programme unitaire avec ses propres codes d’écriture. Les Américains ont boosté le marché du podcast natif en produisant de longues séries sonores et en y injectant les ingrédients du succès des séries américaines : script de l’histoire, scènes jouées par des comédiens, logique de cliffhanger entre deux épisodes, construction de personnages sur la longueur. A l’origine de ce succès, le journaliste, producteur et animateur de radio américain Ira Glass. En 2014, il produit Serial, qui réexamine un cas juridique de meurtre. C’est le premier podcast à avoir obtenu 110 millions de téléchargements. La suite, S-Town, sorti en mars 2017 a réalisé 40 millions de téléchargements en un mois.

En France, Slate a lancé l’offre Transfert rassemblant des podcasts des producteurs Caroline Gillet, Baptiste Etchegaray et Agathe Le Taillandier : un format narratif qui laisse la place à la parole individuelle pendant 30 minutes. Exemple avec le témoignage de Nathalie ici. L’offre Binge Audio propose des discussions autour des thématiques de Musique, Cinéma et Jeux Vidéos (No Fun, No Ciné, No Game) et une série documentaire, Superhéros, produite par Julien Cernobori. Ecoutez l’histoire d’Hélène qui court sur 12 épisodes. Enfin, le dernier-né Boxsons propose des séries de reportages telles que l’histoire du parcours de Sami d’Erythrée à Calais.

  • Un modèle économique qui se cherche encore

Si aux Etats-Unis, les annonceurs ont déjà investi le marché du podcast (Le programme This American Life d’Ira Glass génère aujourd’hui davantage de recettes en podcast qu’à l’antenne), en France, le chiffre d’affaire n’est pas encore significatif. Les podcasts ne sont pas encore ou peu monétisés. Quelles sont alors les méthodes de financement utilisées ?

L’enregistrement public peut fédérer une communauté d’auditeurs autour d’une offre de podcasts. Le premier exemple de communauté constituée autour d’un enregistrement public est studio 404.

« Ce qui fait la force d’un podcast, c’est la communauté en ligne qui se crée autour de l’émission. C’est un format de l’intime et donc avec une fort potentiel de fidélisation. »

Sylvain Paley, cofondateur de Studio 404.

En effet, la consommation du podcast traduit un fort engagement de la part de l’auditeur qui peut ainsi exprimer sa fidélité en assistant à un enregistrement en live payant. Les podcasts de Binge Audio sont ainsi enregistrés en public.

Les producteurs de podcasts font également appel au crowdsourcing. Binge et Boxsons ont fait plusieurs levées de fond via la plateforme Ulule.

A terme, les producteurs de podcasts souhaitent mettre en commun leurs compétences afin de trouver le meilleur modèle de monétisation de leurs contenus. Sur le marché français, le GESTE et l’ACPM souhaitent mettre en place via Médiamétrie une mesure de la consommation de l’écoute de l’audio en ligne.

Les nouveaux formats de podcasts ne remplacent pas les formats précédents. Ils coexistent avec eux.  Plus l’offre audio en ligne sera riche et diversifiée, mieux elle se portera.

A écouter :

Le podcast : le futur de la radio? (Emission Soft Power de France Culture)

Le renouveau de la fiction audio (Emission l’air du son)

A lire :

Out on the wire, the Storytelling Secrets of the New Masters of Radio

Sur Hyperradio :

Ressources sur les podcasts 

Suivre chaque semaine l’actualité des podcasts dans Hyperactu