TransMusicales 2017 – Tshegue

Basé à Paris mais prenant racine au Congo, Tshegue fusionne le rock garage avec l’énergie de l’afro-punk et la transe de l’électro. Entre elle et lui l’alchimie est parfaite : un mélange de pulsation épileptique et d’énergie qui a rechauffé le public des TransMusicales.

Elle, c’est Faty Sy Savanet, née à Kinshasa, atterrie à neuf ans en banlieue parisienne. Elle a commencé à faire entendre sa voix rauque et soul avec le groupe garage-rock Jaguar, mais depuis quelques années le projet était en pause. Lui, Nicolas ‘Dakou’ Dacunha, natif de la banlieue parisienne est un spécialiste des percussions. Et justement les percussions c’est ce que la chanteuse attendait pour remettre le feu aux poudres. Entre les deux ça ne pouvait que fonctionner, leur rencontre par hasard, en soirée, accouchera sans vraiment le préméditer de Tshegue.

Le mot Tshegue, fait doublement sens : c’est le surnom de la chanteuse, c’est aussi le nom qu’on donne aux petits gars de la rue à Kinshasa. Ce côté gamin des rues, ceux de Kinshasa comme ceux de Paris, sonne comme l’ADN du duo. Leur musique est sur le vif, dans l’intensité du moment. La voix de Faty cogne tandis que les percus de Dakou assènent une rythmique brute mais sophistiquée.

« Sa façon de chanter sonne en parfaite adéquation avec mes idées de rythmes. Dans ce projet, la percussion, c’est fondamental. » Dakou

 

Tshegue a sorti un premier EP, Survivor, en juin dernier sur Ekler’o’shock.

Le duo, accompagné de leurs musiciens, était en concert le samedi 9 décembre 2017, au festival des TransMusicales de Rennes. Leur prestation a été enregistrée par les équipes de Radio France en son 3D.

,