TransMusicales 2016 – le rap-funk indigène de BCUC

Dernier extrait de la programmation de ces 38èmes Rencontres TransMusicales de Rennes, un long morceau du concert de BCUC. A écouter en binaural et 5.1

Après les excellentes découvertes de Batuk et Spoek Mathambo ou encore Petite Noir et Skip & Die avant eux, nos oreilles se dressent en direction de l’Afrique du Sud. Et cette année encore la programmation des TransMusicales 2016 confirme le foisonnement de cette scène avec BCUC (Bantu Continua Uhuru Consciouness).

bcuc_nicolas-joubard

Les 7 membres du collectif de Soweto mélangent les percussions, les rythmiques et les chants traditionnels des ethnies locales avec un rap scandé virulent et incantatoire. BCUC puisent ses influences dans le folklore local et font exploser les codes de la World Music.

Leur musique, qu’ils définissent comme de la « funky soul indigène », explore le rôle de la voix, alternativement hurlée ou chuchotée. En boucle, les voix deviennent rythmiques, en chœur elles redeviennent mélodiques. Le trio vocal est soutenu par une instrumentation épurée qui ne repose que sur une basse et des percussions, mais dont la densité génère une pulsation tribale qui ne s’arrête jamais…. ou presque : 3 titres en une heure de concert !

La nouvelle scène africaine s’invente en ce moment en Afrique du Sud et les Trans nous en ont fait découvrir un nouveau représentant essentiel au Hall 8 du Parc Expo de Rennes

(Enregistré par les équipes de Radio France et Sombrero, samedi 3 décembre 2016).

, ,