Solaris, opéra de Dai Fujikura

En 1961,  Stanislaw Lem écrit son célèbre roman d’anticipation « Solaris », l’ouvrage sera adapté au cinéma par le réalisateur russe Andreï Tarkovski et ensuite par l’américain Steven Soderbergh. L’histoire de cette aventure de science-fiction décrit l’existence d’une planète entièrement recouverte d’un océan, qui héberge une forme avancée d’intelligence extra-terrestre. Lent psychodrame méditatif où le héros s’interroge sur la nature humaine et de son aptitude à racheter ses fautes pour accomplir sa destinée.

Le compositeur Daï Fujikura et le scénographe Saburo Teshigawara, ont fait appel à des moyens musicaux et scéniques les plus innovants afin de mettre en lumière et en son, l’ opéra-ballet fantastique Solaris. L’ircam a participé à la composition électro-acoustique de l’œuvre, en concevant l’environnement sonore de l’océan et imaginé la base du mouvement, en collaboration avec l’Ensemble intercontemporain dirigé parErik Nielsen. Sur fond d’images en 3D réalisées par Ulf Langheinrich, la mise en scène soignée est au service de 5 chanteurs et 4 danseurs exceptionnels dont Saburo Teshigawara, — qui signe aussi la scénographie, les costumes et les éclairages de cette nouvelle production –  avec la complicité de Nicolas Le Riche, Étoile du Ballet de l’Opéra national de Paris.

L’œuvre a été présentée pour la première fois à Paris, en création mondiale, au Théâtre des Champs Elysées, le 7 mars 2015.

Enregistrement par Radio France – Cyril Bécue : L’opéra Solaris a la spécificité de mélanger les sons directs issus de la scène et de la fosse, c’est-à-dire voix et instruments, avec des traitements électroniques spatialisés à 360° dans la salle qui sont confiés à Gilbert Nouno et Melina Avenati de l’Ircam. Nous avons réalisé une prise de son de l’ensemble avec quatre micros d’ambiance plus une trentaine de micros d’appoints dont nous avons intégré les traitements en les spatialisant dans le remixage en 5.1 afin de créer cette sensation d’immersion pour le spectateur.

 

,