No Visibility

Cette pièce polyphonique et polyglotte traduit la vision sonore subjective du compositeur Alessandro Bosetti observant le célèbre tableau de Bruegel La Tour de Babel . L’histoire qu’il nous propose ici c’est celle qu’il « entend » lorsque son regard parcourt l’oeuvre.

Le réalisateur Marc Perrin s’est conformé à cette vision sonore pour élaborer un véritable voyage à travers le tableau. Les mouvements de caméra traduisent l’instabilité, l’inquiétude grandissante, mais aussi les traits d’humour de  la bande-son

La forme est celle d’un conte dense et rythmé, composé et mixé à dessein pour la technologie multicanale, dont le scénario mêle la fascination pour le mythe biblique de la perte sans retour d’une langue universelle aux angoisses contemporaines issues du 11 septembre 2001. Ainsi, tout en s’immergeant dans la représentation du XVIè s. le spectateur reste ancré au XXIè, transporté au sommet d’un des gratte-ciel les plus hauts du monde où, sur la plate-forme d’observation il écoute bruisser les voix d’un groupe international de touristes aveuglés par les conditions météorologiques catastrophiques. 

Cette production constitue le 2è épisode de la collection nouvOson Le SON du TABLEAU

Le 1er épisode était consacré au Jardin des délices, de Jérome Bosch

En complément on écoutera les auteurs interviewés dans l’Atelier du son de France Culture du 20/02/2015

 

 

,