Isabelle Fraisse, un rêve de F.H.

La compositrice Isabelle Fraisse a répondu à l’invitation d’Anne Montaron de France Musique pour proposer 5 œuvres vocales inédites.

Chaque semaine pour son émission Alla Breve, Anne Montaron commande une nouvelle oeuvre à un compositeur d’aujourd’hui qui sera déclinée sous la forme de cinq fragments diffusés du lundi au vendredi à 12h53 sur France Musique.

Des poèmes sur l’enfance de François Montmaneix sont à la source des cinq mélodies pour voix d’hommes imaginées par la compositrice Isabelle Fraisse pour cette émission, un Rêve de F. H.

Ces miniatures, Isabelle Fraisse se devait de les composer, à moins de faire fi d’un rêve qui a pesé lourd dans la naissance de ces mélodies, un rêve de François Hudry, autrefois producteur sur France Musique. Ce rêve est l’impulsion première de cette pièce nouvelle.

Dans ces mélodies qui sont la première oeuvre vocale de la compositrice, Isabelle Fraisse s’est souvenue de la polyphonie de la renaissance, de l’art d’un Clément Janequin par exemple. Elle a eu à cœur de mettre en relief les poèmes choisis, extraits de deux volumes de François Montmaneix. Ces poèmes évoquent l’énergie et la promesse d’avenir de l’enfance, des thèmes chers au cœur de la compositrice.

Quelques citations émaillent la musique de ces mélodies : une référence à la Mélisande de l’opéra de Debussy (deuxième mélodie), et surtout dans la 4ème mélodie une incursion dans la mélodie française avec le chassé-croisé de deux mélodies de Gabriel Fauré.

Pour trouver les voix qui correspondaient le mieux au propos, Isabelle Fraisse s’est tournée vers le chef de chant Sébastien Joly. Les heureux élus, Paul-Antoine Bénos, Kaelig Boché et Guilhem Worms, se sont retrouvés à Radio France le 19 octobre dernier : trois voix complices, trois couleurs aussi, contreténor, ténor et baryton-basse.

Pour cette création Isabelle Fraisse procède main dans la main avec les interprètes de sa musique en passant par l’étape de l’enregistrement. C’est lors de l’une de ces phases de travail, qu’elle a découvert les facettes multiples de la voix du baryton Guilhem Worms : la voix de beat-box, la voix électronqiue, la voix de doudouk, et dans la quatrième mélodie, la plus nostalgique des cinq : une voix de gorge proche des voix diphoniques.

Isabelle Fraisse est venue à la musique en autodidacte, et son chemin reste solitaire (elle édite elle-même ses partitions). Après cette première oeuvre vocale, elle caresse l’idée d’une deuxième oeuvre vocale dans laquelle un quatuor vocal serait associé à un quatuor à cordes !

 

Poèmes de François Montmaneix (Saisons profondes et Œuvres poétiques tome II)

Fraîcheur

Passage

Manège

Orage, ô mon espoir

Intenses encore plus

 

Prise de son de ce cycle : Claire Levasseur et Julie Garaud

Mise en ondes musicales : Benoît Gaspard.

 

, ,