Création Mondiale – Electric par le quatuor IXI

Création Mondiale invite le quatuor IXI. Résolument électrique le quatuor français propose une suite entre composition collective et improvisation.

L’émission Création Mondiale d’Anne Montaron (anciennement Alla Breve) propose chaque semaine sur l’antenne de France Musique une oeuvre nouvelle commandée par Radio France à un compositeur d’aujourd’hui, est déclinée sous la forme de cinq fragments. Les pièces du puzzle sont réunies ici pour vous permettre de découvrir l’oeuvre dans son intégralité, enregistrée par les équipes de Radio France en son 3D.

Impossible de nommer le compositeur de cette création car la musique du Quatuor IXI est une composition collective qui intègre beaucoup d’improvisation. Le quatuor IXI est l’exception française : c’est presque l’unique quatuor à cordes actif dans l’univers du jazz et des musiques improvisées, et cela depuis plus de 20 ans.

La première pièce de cette suite a été imaginée par le violoniste Régis Huby, qui a l’habitude d’augmenter son violon par les pédales d’effet.

C’est Guillaume Roy qui a imaginé la deuxième pièce de cette suite électrique, une miniature qui repose sur l’idée de ricochet. Chacun des musiciens du quatuor a apporté sa pierre à l’édifice. Ils procèdent toujours ainsi ! Ensuite, la composition prend forme, ou disons que les thèmes, les lignes mélodiques et rythmiques, les harmonies, servent de point de support à l’improvisation.

« Ne plus savoir ce qui est écrit et ce qui est improvisé » c’est le credo du quatuor IXI depuis sa création.

Dans la suite de miniatures électriques qu’ils ont imaginée pour notre émission, les musiciens restent fidèles à cette ligne. Chaque pièce comprend des moments d’improvisation et l’écriture  – quand il y en a – est collective. Tout repose sur la confiance. La pièce centrale de la suite est improvisée de bout en bout : elle a été pour les musiciens un bol d’air, une respiration, car elle leur a permis l’espace de 2 minutes de se libérer de la partition, et surtout – car cette pièce-là est acoustique – du jeu de pieds induit par leur dispositif électrique.

Le Quatuor IXI réunit un violoniste et un altiste actifs dans l’univers du jazz et des musiques improvisées depuis une bonne vingtaine d’années, Régis Huby et Guillaume Roy (les membres fondateurs du quatuor), et deux nouveaux venus, le  violoniste Théo Ceccaldi, qui fait partie de l’actuelle mouture de l’ONJ et le violoncelliste Atsushi Sakaï, un musicien à la croisée des styles. C’est lui qui a imaginé la 4ème suite de la pièce, qui a pour point de jaillissement un rythme africain, mêlé en polyrythmie à un mode japonais, et des jeux d’intervalles de quinte et septième inspirés des Mikrokosmos de Bartok. La pédale Whamy fait le reste….

Pour la 5ème et dernière suite de l’oeuvre ils expérimentent les couleurs électriques ajoutées à leurs instruments respectifs. Les pédales d’effets actionnées par les musiciens agissent comme une caisse de résonance ! Les jeux de pieds acrobatiques dont les musiciens du quatuor sont sortis vivants certes, leur ont demandé beaucoup de concentration…

Quatuor IXI Electric de Guillaume Roy, Régis Huby et Atsushi Sakaï
Interprété par le Quatuor IXI
Régis Huby et Théo Ceccaldi : violons,
Guillaume Roy : alto
Atsushi Sakaï : violoncelle

Création enregistrée le 05 octobre 2017 à Radio France
Crédit photo : Jérôme Prébois

, ,