Rencontre avec Marie-Catherine Beuth, de Business Insider France.

Elle se définit comme « journopreneur ». Marie-Catherine Beuth joue sur tous les terrains du numérique. Journaliste : elle est rédactrice en chef de la version française de Business Insider, après avoir été la correspondante du Figaro dans la Silicon Valley. Entrepreneure : après des études à l’Université de Stanford en Californie, elle crée l’application « News On Demand ». Marie-Catherine Beuth voulait « faire » après avoir passé plus de 10 ans à observer les startups et les GAFA révolutionner l’Internet. Rencontre dans les allées du Salon VivaTechnology qui s’est tenu en juin dernier à Paris.

Marie-Catherine Beuth - Source : Linkedin
Marie-Catherine Beuth – Source : Linkedin

 

Marie-Catherine Beuth démarre sa collaboration au service Médias du Figaro Economie en 2004. Elle y couvre l’actualité des Médias et du web. En 2013, elle suit les innovations médias pour Le Figaro depuis la Silicon Valley. Elle en profite pour se former à l’innovation, l’entrepreneuriat et le leadership en tant que John S. Knight Fellow à l’Université de Stanford. En 2015, elle prend la rédaction en chef de Business Insider France, l’un des pure player de référence sur l’actualité économique et digitale.

 

 

Laure Delmoly : Vous avez une formation de journaliste. À quel moment avez-vous éprouvé le besoin de vous former à la gestion de produit ?

Marie-Catherine Beuth – Il n’y a pas eu de facteur particulièrement déclencheur. L’envie est venue assez naturellement au fil du temps. J’ai couvert en tant que journaliste l’actualité Média et Internet de 2004 à 2013 pour Le Figaro. Pendant cette période, je voyais des grandes entreprises technologiques et des startups révolutionner le web et décider de ce que serait le métier de journaliste dans dix ans. Or, je ne voulais pas seulement observer. Je voulais y contribuer. Je voulais « faire ».

Je me suis donc formée à la gestion de produit et notamment au design thinking. J’ai ainsi appris à appliquer un raisonnement mathématique à ma démarche. Avoir une vision, c’est assez facile quand on connaît son métier. Mais comment la mettre en oeuvre ?

Avec la méthodologie « produit », j’ai appris à tester et trier mes idées avec un matériel low-tech (un simple bloc de post-it qu’on colle sur un mur) et à partir de là, à définir un produit, c’est-à-dire un service qui répond à un besoin des utilisateurs. Le concept de base reste le même. C’est juste la manière de le concrétiser qui évolue. On valide ou on invalide des hypothèses par itération. On prototype son produit pour pouvoir très vite le tester. On passe par des mini échecs pour l’affiner. On apprend en faisant. Et c’est concret !

Vous avez créé l’application News on Demand. À quel besoin répondait-elle ?

L’app News on Demand proposait aux internautes de s’informer autrement sur mobile. Victimes de surinformation, ils ne veulent pas avoir l’impression de perdre leur temps. L’application répondait à ce besoin. NOD agrégeait les contenus les plus populaires en fonction des sujets du moment (les #trendingtopics)

Comment se poser les bonnes questions et remettre en cause l’évidence pour obtenir un meilleur produit ?  Réponse dans le pitch de « NOD, News On Demand », l’app conçue par Marie-Catherine Beuth. En 2014, elle lançait NOD grâce à des financements de la Knight Foundation. L’application n’est plus disponible aujourd’hui.

Sortez-vous inspirée du salon VivaTech ? Qu’en avez-vous retenu ?

J’ai remarqué deux choses :

  • Sur tous les stands ou presque, il y avait des casques de réalité virtuelle. Ça m’interroge. Si tu n’as pas ton casque de VR, tu n’es pas innovant ? Assiste-t-on au même phénomène d’émulation que celui créé par les Google Glass il y a quelques années ou  y a t-il une réelle attente de la part du consommateur ?
  • Il y avait de nombreux robots sur le salon. Les visiteurs étaient d’ailleurs assez enclins à communiquer avec eux. Mais ce que je constate, c’est que c’est encore l’humain qui s’adapte à l’intelligence artificielle. Aujourd’hui, on ne forme pas l’IA, mais on forme les gens à interagir avec l’IA. On est loin de cette idée fantasmée du robot assistant qui nous déleste de certaines tâches tel que l’on voyait dans Futurama.

Les 2 stars de VivaTech : les bots Pepper et NAO

le bot Pepper - Crédit : Laure Delmoly
Pepper – Crédit : Laure Delmoly

 

Pepper est un robot humanoïde, développé par la startup française Aldebaran et le groupe japonais Softbank. Pepper est capable de reconnaître et de reproduire certaines émotions. Aujourd’hui, plus de 140 magasins Softbank mobile au Japon ont intégré le robot Pepper pour accueillir les clients, les conseiller et les distraire pendant l’attente. Pepper a depuis peu également rejoint certains foyers japonais. Nestlé prévoit d’équiper plus de 1000 points de vente Nescafé au Japon pour renseigner ses clients sur ses différents produits grâce à Pepper. Un bot Pepper coûte environ 1 500 euros.

 

Le bot Nao - Crédit : Laure Delmoly
NAO – Crédit : Laure Delmoly

 

NAO, le petit frère de Pepper, autonome et programmable, est également développé par la société Aldebaran. Il est utilisé dans les universités, les établissements d’enseignement et les laboratoires de recherche.  NAO est le premier robot reçu au Palais de l’Élysée par le Président de la République, François Hollande. Il a tenu sa première conférence de presse lors du 5e Sommet de l’iPad et du numérique en éducation qui a eu lieu au Palais des congrès de Montréal, en mai 2017. Aujourd’hui, environ 9000 NAO ont été vendus dans le monde entier.

 

« Ces bots, ce sont tous des humanoïdes avec un petit air mignon ». Marie-Catherine Beuth, rédactrice en chef de Business Insider France.

 

Facebook US vient de sortir un onglet destiné aux chatbots. Pensez-vous que le mariage chatbot – média peut être heureux ?

Il y a un an, on assistait aux balbutiements du chatbot. En ce moment, ça se précise. Il y a clairement un usage « breaking news ». Les live événementiels que l’on déroule sur la homepage d’un site média pourraient se dérouler dans un bot. Il y a un autre type de public pour ça : les « news junky ». Ceux qui sont accro à Twitter pourraient très bien être conquis par un bot conversationnel spécialisé en News.

 Le chatbot 

Le chatbot ou « agent conversationnel », est un logiciel programmé pour simuler une conversation en langage naturel.

Pensez-vous que le chatbot sera pérenne ?

Nous allons de plus en plus vers de l’informatique conversationnel. Et ça va rester. Que l’interaction se fasse sous forme de texte, de graphique ou via des enceintes, peu importe.

Envisagez-vous de produire de l’audio chez Business Insider France ?

Nous en produisons déjà chez Business Insider Australia avec de longues interviews d’entrepreneurs. C’est génial si on a les ressources pour le faire. Le podcast revient en force et la question de la scénarisation de l’écriture est passionnante. Serial aux Etats-Unis n’a pas forcément innové en terme de narration. On y retrouve le même format que ce que produit France Inter depuis des années. Mais cela revalorise les métiers du son. C’est ça qui est important.

Que pensez-vous de l’arrivée du son dans l’interface homme-machine (IHM) ?

C’est une vraie chance pour vous. Si la commande est sonore, il y a plus d’opportunités pour que les réponses le soient également, via des revues de presse audio ou des actualités parlées par exemple. Tout cela sera proposé dans des offres bouquet. La Maison de la Radio a un vrai savoir-faire sur ces productions sonores notamment sur les feuilletons audio et les habillages.

 L’interface homme-machine

L’interface homme-machine (IHM) est l’ensemble de moyens physiques (claviers, souris) ou systèmes logiciels (applications) permettant à l’homme de communiquer avec un système « intelligent » tel qu’un ordinateur.

Cela me fait penser à la startup Umano aux Etats-Unis : une plateforme audio avec un modèle à la « uber » qui propose aux acteurs professionnels de mettre en son des articles comme ceux du New York Times ou du Washington Post. Ils offrent leur voix pour lire ces articles, s’enregistrer et sont payés à l’heure. La force de ce service, c’est que la lecture est faite par des professionnels. Du coup l’audience accroche tout de suite !

Aux Etats-Unis, cela fonctionne très bien, car les Américains font du sport en salle le soir après le travail avec des écouteurs sur les oreilles et de longs trajets en voiture. Mais c’est vrai que c’est adapté à un certain mode de vie !

 

A lire :

Qu’est-ce que le Design Thinking ?, Frenchweb.fr, septembre 2013

Tout savoir sur le MVP, Newflux.fr, Juin 2015.

NOD : News on demand, sur Knightfoundation.org

News app are making a comeback. More Americans are paying for news. 2017 is weird, Nieman Lab, Juin 2017.

Qu’est-ce qu’un chatbot ?, Le Figaro, Juin 2017.

De la souris à Siri, une brève histoire des interfaces homme machine, Usbek & Rica, Juillet 2017.

Sur Hyperradio :

Réalité Virtuelle, un média qui peine à trouver son public, Mai 2017.