France Musique : une ambition numérique pour la musique classique

Janvier 2016 marque un tournant important de l’histoire de France Musique sur le web. Jusqu’alors relativement discrète sur Internet, il fallait tout remettre à plat pour réinventer l’identité numérique de la chaîne . Ergonomie et design du site sont entièrement revus et adaptés aux usages sur les mobiles. L’accès à l’écoute en direct et à la réécoute est totalement repensé pour plus de facilité. Et l’offre éditoriale s’enrichit de 7 webradios thématiques. Le nouveau francemusique.fr est le résultat de méthodes de travail innovantes et d’une volonté forte de changement. Hors du temps mais toujours dans son époque, France Musique a renouvelé son image grâce au numérique. Décryptage.

7 webradios pour se porter chance

Une nouvelle vision pour propulser France Musique dans le numérique. L’ambition : proposer aux auditeurs la meilleure expérience d’écoute et de réécoute possible des programmes de la chaîne. Très vite s’impose l’idée de proposer une offre complémentaire, ouverte, curieuse et exigeante avec des webradios thématiques.

“C’était l’occasion pour nous de crâner un peu dans la Maison et de prouver que nous étions nous aussi capable de créer une offre riche de webradios”, explique Marc Voinchet, Directeur de France Musique.

7 nouvelles chaînes exclusivement numériques apparaissent, les thématiques sont choisies avec soin et doivent permettre à France Musique de s’ouvrir sur de nouveaux publics.

“Nous nous sommes mis d’accord sur 7 pour nous porter chance, c’est un chiffre magique !” plaisante Marc Voinchet.
Page d'accueil de France Musique
Page d’accueil de France Musique

Deux webradios sont dédiées à la musique classique, Classique Plus pour les mélomanes avertis et Classique Easy comme porte d’entrée pour celles et ceux qui découvrent le classique. Des thématiques forte de l’antenne sont également mises en valeur avec La Jazz, Concerts de Radio France, Musiques du Monde Ocora et La Contemporaine. Enfin, la septième webradio est une “carte blanche”, une chaîne événementielle pour surprendre l’auditeur et inscrire la chaîne dans son époque. Elle a déjà pris plusieurs formes : «Classique Kids» pour les enfants, «Classique Love» pour la Saint-Valentin, une spéciale Monteverdi pour l’anniversaire de la mort du compositeur et aujourd’hui “la B.O Musiques de films”. Ces webradios sont élaborées par trois programmateurs musicaux des soirs de France Musique : Olivier Le Borgne, Robert Rudolf et Benjamin Hertz.

Francemusique.fr : la musique classique pour les curieux

Il faut un site à la hauteur de cette ambition. Désormais, l’internaute profite d’une nouvelle hiérarchie de l’information et des contenus. Priorité à l’écoute et à la réécoute, l’accès au player est évident, quelle que soit la page consultée, et ce nouveau lecteur est maintenant persistant et permet la navigation dans les contenus sans interrompre l’écoute du direct. L’accès aux archives et au moteur de recherche est également amélioré pour satisfaire les demandes les plus exigeantes.

L'écoute en un clic depuis la page d'accueil de francemusique.fr
L’écoute en un clic depuis la page d’accueil de francemusique.fr

Afin de conquérir de nouveaux publics, le site propose de nouveaux contenus pédagogiques. Le référencement de l’offre est également retravaillé. Francemusique.fr se positionne ainsi comme une ressource incontournable et une encyclopédie accessible pour la musique classique.

“En tant que radio musicale, on ne s’interdit pas pour autant le contenu pédagogique sur le web, cela fait partie de notre mission de service public” explique Marc Voinchet. “Le but du web est d’enrichir, d’élargir et de compléter notre offre radiophonique”.

Avec des articles de prescription, des récits, des tops et des revues de liens, l’offre éditoriale du site est considérablement renforcée. Il faut susciter la curiosité, surprendre et élargir le propos autour des savoirs sur le classique. Francemusique.fr propose ainsi des tutoriaux, de l’éducation musicale (les fiches pour réviser les épreuves du bac musique), la santé en lien avec la musique et les pédagogies d’apprentissage.

Un article de France Musique
Un article de France Musique

 

Une audience qui se porte bien et qui s’élargit

Aujourd’hui le simulcast (diffusion du direct sur le site et les applis) et les webradios de France Musique représentent environ deux millions d’écoutes par mois. Les webradios les plus écoutées sont Classique Easy, La Jazz et Classique Plus. France Musique est la 3e radio musicale la plus écoutée en ligne derrière Hot Mix et Fip.

En mai 2017, les sessions de lecture des webradios représentent déjà 20% du total des écoutes sur le site (286.000 écoutes pour 1,35 million d’écoutes au total incluant le direct et la réécoute). En un an, France Musique enregistre une progression de 47% d’écoute pour les webradios et le direct entre le premier semestre 2016 et celui de 2017 (source : écoutes actives monde ACPM).

“Nous nous sommes aperçu qu’il y avait un “effet groupe”, beaucoup d’auditeurs qui nous avaient oublié sont revenus nous rendre visite. L’audience n’a donc pas du tout baissé, elle augmente doucement et sûrement.” nous explique Marc Voinchet.

L’amélioration continue de l’offre

Les webradios prouvent un peu plus chaque mois leur efficacité à séduire un nouveau public sans dérouter les auditeurs de longue date. Trois nouvelles chaînes thématiques seront bientôt disponibles sur le site et l’application mobile. Une webradio dédiée au piano, une autre à l’opéra et une offre originale pour accompagner les auditeurs pendant le travail ou les révisions?

Pour Marc Voinchet, France Musique a un vrai rôle à jouer à Radio France : “Avec l’actualité, parfois brutale de ces dernières années, notre audience s’accroît. Notre état d’esprit, c’est de proposer une pause hors du temps pour se faire du bien. France Musique c’est un peu comme la “bande d’arrêt d’urgence” sur l’autoroute, on s’y arrête quand on ne peut plus supporter le rythme effréné de l’info.”

Toujours avec la volonté d’élargir l’audience de France Musique sur le numérique, le site sera disponible en version anglaise en septembre 2017 pour s’adresser à un public international. Une première pour Radio France !

 

,