Accélérer l’innovation à Radio France : retour sur 6 mois à French Tech Central

A la rentrée 2017, Radio France a intégré French Tech Central, un dispositif inédit qui propose aux start-ups un accès privilégié aux services publics, au cœur-même du « plus grand campus de start-ups du monde », Station F (Paris). Retour sur les six mois qui ont accéléré l’open innovation* dans la radio publique.

L’ovni du dispositif

Lancement officiel de French Tech Central
Lancement officiel de French Tech Central

Mais qu’est-ce qu’ils font là ? De la radio ? C’est la question que se posaient bien légitimement les participants aux réunions préparatoires du projet French Tech Central au printemps dernier. Assis entre l’INPI et les Douanes, nous n’avions qu’une véritable certitude : Station F allait bouleverser l’écosystème français de l’innovation et la French Tech nous donnait l’opportunité de participer au mouvement.

Or le moment était opportun. Jamais auparavant l’univers de la radio n’avait suscité autant d’intérêt dans l’univers de la tech. Assistants vocaux, voiture et objets connectée, web sémantique, podcast originaux, son immersif… l’audio est en pleine ébullition et au coeur de la révolution actuelle des usages.

Et jamais auparavant il n’a été aussi crucial pour Radio France de s’ouvrir à l’extérieur. Si les plateformes ont permis d’augmenter considérablement l’écoute numérique de la radio (x2 en 2 ans), elles obligent aussi l’entreprise à repenser sans cesse sa manière de produire et distribuer ses contenus. Une réinvention permanente qui ne peut avoir lieu sans l’aide d’un réseau de partenaires innovants, agiles et inspirants.

Radio France a donc articulé sa présence à French Tech Central autour de deux axes : apporter du conseil aux startups émergentes dans le domaine des médias audio et sourcer des partenaires d’open innovation. A la manoeuvre, la direction du numérique de Radio France, représentée par son pôle innovation.

La bonne surprise

Premier test et première validation en décembre, lors de la Masterclass Radio France à French Tech Central sur le marketing numérique. La salle est pleine (dans le top 5 des masterclasses organisées à ce jour), le public est intéressé et parfaitement ciblé.

Deuxième étape majeure fin janvier, avec l’ouverture des “permanences” Radio France à French Tech Central. Trois rendez-vous individuels d’une heure chaque jeudi, ouverts aux startups de Station F et du réseau French Tech et réservables sur french-tech-central.com. Parmi les 27 services publics partenaires de French Tech Central, 17 offrent cette possibilité, généralement des guichets administratifs très clairement identifiés par les entrepreneurs, comme la CCI ou l’URSSAF.

Ouvrir ces rendez-vous était donc un pari pour Radio France et la Mission French Tech, mais nous avons rapidement été rassurés sur la visibilité et la lisibilité de l’offre. Au cours de ces trois derniers mois, près de 30 startups ont demandé un rendez-vous avec Radio France, soit un taux de remplissage de 65% des permanences en moyenne, nous plaçant ainsi dans le 2ème tiers des acteurs publics les plus demandés.

L’autre bonne surprise a été la qualité du ciblage des startups. Un quart des rendez-vous concernent des startups early stage en demande de conseil sur le marché audiovisuel et la stratégie de Radio France. Dans 50% des cas, le projet était suffisamment mature pour envisager des pistes de partenariat. Même si quelques rendez-vous étaient un peu hors sujet, toutes les startups rencontrées entraient bien dans le périmètre d’activité de Radio France et portaient sur des projets sérieux et cohérents.  

Radio France a finalement su trouver sa place dans le dispositif grâce à sa spécificité, et non malgré elle. Sa puissance de marque, sa stratégie de réseau et son expertise technique média en ont fait un élément moteur dans l’élaboration du dispositif.

A la source

Le comité stratégique découvre French Tech Central
Le comité stratégique découvre French Tech Central

Radio France travaille depuis plusieurs années avec les startups pour améliorer ses outils métiers. L’activité open innovation a fait son entrée officielle dans l’entreprise il y a deux ans et a permis d’élargir et approfondir notre connaissance de l’écosystème. De plus, Radio France réunit près de 15 millions d’auditeurs sur ses antennes chaque jour, ce qui en fait une marque reconnue et très attractive, y compris chez les entrepreneurs.

Notre entrée à French Tech Central n’a donc pas créé une dynamique, mais l’a considérablement accélérée. Aujourd’hui, 60% de notre sourcing startup vient des rendez-vous individuels et masterclasses. Notre présence à Station F a mécaniquement augmenté le volume global de notre sourcing : ayant une meilleure connaissance de l’écosystème, nous sommes devenus plus proactifs dans la recherche de partenaires.

Qualité et quantité étant au rendez-vous, ⅔ des startups rencontrées ont pu faire l’objet d’une diffusion en interne auprès des professionnels de Radio France et ⅓ ont donné lieu à des réunions de travail en vue d’un partenariat. Une dissémination qui bénéficie autant aux startups, en leur permettant d’accéder aux questions et conseils de nos experts, qu’aux équipes de l’entreprise, en les ouvrant sur de nouvelles approches de leur métier.

Les vertus du coworking

Présentation de Radio France à Station F devant Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat au Numérique, Gérald Darmanin, Ministre de l'action et des comptes publics et Xavier Niel, fondateur de Station F
Présentation de Radio France à Station F devant Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au Numérique, Gérald Darmanin, Ministre de l’action et des comptes publics et Xavier Niel, fondateur de Station F

Au-delà des permanences hebdomadaires, French Tech Central s’est progressivement imposé comme un lieu privilégié pour tous nos rendez-vous et événements dans le domaine de l’innovation. Le nombre d’heures passées sur place et le nombre de professionnels de Radio France s’étant rendu sur les lieux s’accroît de semaine en semaine.

Peu à peu, French Tech Central devient une extension de Radio France, où les collègues ne sont pas des producteurs de radio ou des ingénieurs du son, mais des conseillers de la Bpifrance et des ingénieurs INRIA. Cette proximité entre acteurs publics a des effets inattendus et incroyablement vertueux : elle suscite de la circulation d’information, du retour d’expérience, des projets communs. En bref, de la transformation des services publics.

Une telle alchimie est rendue possible grâce aux équipes de la Mission French Tech chargées du pilotage et de l’animation du lieu. La construction agile et itérative du dispositif, en dialogue patient et permanent avec les acteurs publics dans toute leur diversité, a permis de fluidifier des structures plutôt connues pour leur rigidité.  

Itérer encore

Work in progress
Work in progress

Il y a six mois, French Tech Central était une grande salle vide, sans meubles ni cloisons, où tout était littéralement à construire. Tout comme l’espace, le projet a aujourd’hui pris forme, mais il reste encore à affiner, compléter, améliorer. Voici trois pistes de réflexion, tirée de notre expérience.

Tout d’abord, faciliter la rencontre entre startups et acteurs publics, malgré le mur de verre qui les sépare. Cela passe par une communication renforcée avec les incubateurs, les équipes de Station F, mais aussi entre acteurs publics. L’objectif : mieux connaître l’utilisateur pour simplifier son parcours jusqu’à nous, d’où qu’il vienne.

Deuxièmement, ouvrir le dispositif afin qu’il bénéficie véritablement à l’ensemble des entrepreneurs du réseau French Tech. Aujourd’hui, 75% des prises de rendez-vous émanent de startups incubées à Station F. Mais l’idée d’une French Tech Central décentralisée fait son chemin.

Faire de French Tech Central un laboratoire d’innovation pour le service public. Si l’expérimentation menée actuellement par l’open innovation de Radio France est concluante, elle pourrait être élargie à d’autres acteurs publics, notamment dans le domaine des médias. Mutualiser les moyens, le sourcing et les idées, pour répondre ensemble au défi de la révolution numérique.

*l’open innovation ou innovation ouverte consiste à stimuler l’innovation dans les grands groupes en développant des projets en collaboration avec des acteurs extérieurs, en particulier dans l’écosystème start-ups.


Pour en savoir plus :